Dans l'idée d'explorer la deuxième partie du Coëlon, que j'ai commencé la semaine dernière, je suis allée là où il se jette dans la Morte Parence, à sa confluence.

Voici l'allure de la Morte Parence, APRES avoir reçu les eaux du Coëlon ... un peu inquiétant ...

morte parence

Il y avait plein de petites empreintes d'animaux, et d'oiseaux, sur la vase encore humide.

IMGP1068

.. j'ai poursuivi en amont ... et voilà ce que j'ai trouvé. Le lit du Coëlon, complètement asséché. Ce ruisseau aux eaux vives et transparentes il y a encore quelques jours, est tout sec ... j'ai hâte de voir les pluies le combler rapidement.

IMGP1069

IMGP1070

IMGP1073

 

IMGP1074

Alors, j'y suis descendue, et j'ai pu découvrir ce que ça fait d'être une habitante de ruisseau .

IMGP1077

IMGP1078

IMGP1079

IMGP1081

IMGP1084

J'ai parfois presque rampé pour me glisser sous les branches basses ! Souvent, j'oublie de photographier, toute à mes découvertes ... je ferais une piètre journaliste! Ici, une empreinte très grande, quasi 10cm. 

Ensuite je comptais repartir, mais j'ai aperçu le début d'un chemin prometteur ... et ce fut le début d'une longue et belle balade.

IMGP1085

IMGP1086

IMGP1087

IMGP1088

 

IMGP1089

 

J'ai mangé plein de mûres, comme sans doute les lutins pour qui ces tables sont dressées ...

IMGP1090

 

Tout autour, les prés, avec juste le son des grillons, les chants d'oiseaux, les buses . Les premières fermes sont au loin, je n'ai aucune idée de l'endroit  où je suis, et il y a un dédale de chemins.

 

IMGP1091

IMGP1092

IMGP1093

IMGP1094

 

L'un des chemins est bordé de belles trognes/têtards. Sur un arbre, un petit écureuil de l'année, très curieux, s'est approché de moi. 

IMGP1095

IMGP1096

 

... puis il est reparti, trop vif pour que j'arrive à le capter correctement. Dommage. 

IMGP1098

IMGP1097

IMGP1100

IMGP1101

IMGP1102 

Ces moments de découverte me sont indispensables ;  j'en reviens avec des atmosphères dans la tête, ces endroits qui m'ont prêté leur présence m'habitent ensuite durant des heures, j'y retourne la nuit en imagination. Je suis rassurée de savoir qu'ils existent, là pas loin. Et j'ai toujours envie de partager ça, ensuite.